Qui est Ariadna ?

« Le jour où j’ai compris que ce que je croyais me limiter était ma bénédiction, je suis devenue libre ».

Master coach en PNL, en hypnose et en techniques de Time Line Therapy®, accréditée par ABNLP, je suis spécialisée dans le développement personnel et spirituel, en accompagnant mes clients par de techniques qui installent des changements durables grâce à la résolution des causes profondes de tout blocage.

Qui est Ariadna Axena ?

Je vais te raconter une histoire. Vraie, car c’est la mienne.

 J’avais toutes les raisons d’être une victime. J’ai grandi à la dure, en faisant partie de la classe pauvre d’une Roumanie fraîchement sortie du communisme, élevée par mes grands-parents que j’ai perdu à 15 ans, avec une mère qui ne travaillait pas, quittée aussitôt qu’elle soit tombée enceinte par un père qui ne m’a jamais reconnu.  Si j’acceptais d’être la victime de mes circonstances, de mon passé, de mes blessures, si j’acceptais de m’identifier à ce qui s’était offert à moi depuis ma naissance, si j’étais restée « à ma place », comme on l’a si souvent demandé de moi, j’aurais été aujourd’hui définie par tout ce qui m’entourait, sauf mes décisions personnelles. Comme je l’ai si souvent entendu dire à mes propos, «il ne faut pas s’attendre à grand-chose d’elle, vu son environnement pas favorable ».

A 18 ans, après avoir fini le lycée, j’ai décidé de ne pas « rester à ma place » et j’ai quitté mon pays pour chercher une meilleure vie ailleurs. Je suis donc arrivé en France, et j’ai commencé des études de droit. J’ai travaillé, je me suis fait des amis, je me suis intégrée et quelques années plus tard, je vivais comme une véritable française.

Mais cela ne m’a pas suffit. Je savais qu’il y avait plus, que la vie n’était pas juste une guerre, mais qu’elle pouvait être un plaisir, une joie, qu’elle pouvait être vécue dans l’abondance du libre choix, dans la légèreté si on décidait qu’on y avait le droit.

Lorsque j’étais dans le néant, je ne voyais pas la forêt à cause des arbres. J’aurais aimé avoir une famille comme tout le monde, me sentir soutenue, en sécurité, avoir un papa, une mère qui s’intéresse à moi, j’aurai aimé à ce que je ne perde pas tout, à ce que je puisse m’offrir ce que les autres enfants avaient, j’aurai aimé ne pas avoir des pensées noires, ne pas avoir peur des hommes à cause du rejet de mon père, ne pas avoir peur de me construire une vie stable par peur de la douleur de la perte. J’aurai aimé ne pas porter des masques, me montrer comme j’étais, mais je me croyais trop moche à l’intérieur à cause des cicatrices de mes blessures pour pouvoir le faire. Dans ce chaos, j’ai compris vite que j’avais deux choix : m’autodétruire ou me construire. Tout dépendait si je voulais être la victime de mon histoire personnelle ou l’héroïne – car, comme dans la guerre, il a des victimes, des lâches ou des héros – lors de mêmes circonstances, nous pouvons être qui nous choisissons de l’être.

Cela me fait penser au fait que mon histoire n’est pas mon histoire. C’est la votre aussi. C’est l’histoire de ce que l’on est capable de faire en tant qu’êtres humains lorsque l’on n’utilise pas notre histoire comme excuse mais comme tremplin, lorsque notre histoire ne fait pas pitié « oh, c’est pour ça le pauvre qu’il est comme ça, cela se comprend », mais comme source d’inspiration, de propulsion.

Ma mission de vie ? Elle te concerne. 

Il me suffit de savoir que tu considères que tu mérites de t’en sortir, de réussir, de changer de vie et je mettrai tout en œuvre pour que t’y arrives. Et tu y arriveras. Comme j’ai fait avec moi, je vais te soutenir à te surpasser, à briser tes limites, à te rappeler de ta véritable nature, à prendre la responsabilité de ta vie, peu importe les obstacles et même les traumatismes que t’as vécus.

On va prendre chaque blessure, chaque épreuve et je vais t’apprendre à te l’approprier, à la comprendre, à l’intégrer dans ton système neurologique et l’accepter, afin d’en faire des leçons, TES leçons de vie personnelles qui vont déverrouiller les ressources inimaginables qui dorment en toi.

Souviens-toi : Tu es tes ressources que tu déverrouilles grâce aux blessures et non pas tes blessures !

Et peut-être qu’en lisant, avec chaque mot que tu lis, tu vas te souvenir de plus en plus que tu n’es pas ton passé, tes circonstances de vie, ta souffrance, ce que l’on t’avait dit que t’étais, ce que l’on te faisait comprendre que tu devais être. Tu vas apprendre à prendre chaque épreuve de la vie comme une technique de méditation : apprendre de tes réactions, t’en désidentifier, les observer, les neutraliser pour enfin guérir et créer consciemment par la suite la vie que tu désires mener. Et tu désires créer la plus belle des vies, n’est-ce pas ?

T’as beaucoup de problèmes ? Géniale !

Cela veut dire que t’as beaucoup d’opportunités d’évoluer grâce aux leçons et à l’expérience bien comprise et utilisée. Le détachement va te déprogrammer et te libérer de toute limitation si, comme moi, tu vas assumer de te remettre continuellement en question afin que tu ne puisses pas t’attacher à la résistance à ton propre changement.

T’as du réaliser jusqu’à maintenant que personne ne nous apprend à utiliser la souffrance dans notre propre intérêt, que personne nous encourage à décoder nos émotions, car que tant que nous sommes des bons citoyens bien intégrés dans le système, personne s’inquiète que l’on soit défectueux dans nos relations, que notre esprit ne soit pas lucide et clair en réflexion, que notre vie devienne vide à l’intérieur. C’est pour cela que ma mission est d’être celle qui te facilite le voyage sur ce chemin non conventionnel, une fois que la décision d’être ton propre héro soit prise. Tu le mérites, n’est-ce pas ?

Contacter

Not readable? Change text. captcha txt